Folk Songs Cycle

by Eloïse Decazes & Delphine Dora

supported by
/
  • Record/Vinyl

    >>> After the purchase, write me a personal message "delphine.dora@gmail.com" to mention the CDr of your choice ("Inner Fields", "Conversations among the ruin" or "près du coeur sauvage)" to include with the vinyl <<<

    Includes unlimited streaming of Folk Songs Cycle via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 5 days

     €15 EUR or more

     

1.
2.
3.
02:47
4.
01:51
5.
6.
01:16
7.
02:33
8.
02:00
9.
00:53
10.
02:01
11.

about

Folk Songs (1964) est à l'origine un cycle de mélodies rassemblées par le compositeur Luciano Berio pour son épouse la cantatrice Cathy Berberian, et deux instrumentistes se partageant flûtes, clarinette, harpe, alto, violoncelle et percussion.

On y découvre deux chansons du barde folkloriste John Jacob Niles (adaptées de traditionnels américains), deux compositions originales de Berio himself (La donna ideale et Ballo) ainsi qu'une maigre mais franche poignée de chansons du monde (Arménie, France, Sicile…).
Agençant souplement mélodies relativement simples, arrangements audacieux, progressions de l'instrumentation, jeux sur les contrastes entre les différentes pièces, équilibre toujours remis en question entre immédiateté, complexité, familiarité, imprévisibilité, cet ensemble hybride forme un très précieux manifeste, poétique et théorique, pour qui se refuse à considérer comme étanches les musiques dites "savantes" et celles dites "populaires" et pour qui se soucie d'établir des dialogues féconds entre les genres.

Fallait-il un sérieux toupet à Eloïse Decazes et Delphine Dora pour oser fondre comme elles l'ont fait sur un tel répertoire, c'est à dire avec l'impatience dés-inhibée, la suave brusquerie de qui s'attaque à un air de toutes ses dents, célébrant d'abord la joie nue de chanter et de jouer, de communier gaiement dans le plaisir de prendre langue avec une musique aimée? Car c'est bien à cela qu'on assiste au fil de ces relectures pantelantes, amoureuses, malpolies, dont la douceur apparente des interprétations n'enlève que très peu à la très réjouissante effronterie du geste: la manifestation du plaisir qu'on a lorsqu'on entonne les chansons qu'on aime.

Oh! il se trouvera bien des puristes pour se vaguement pincer le nez. Les autres trouveront matière à s'émouvoir et s'enchanter de ce délicieux alliage de ritournelles mystérieuses, de vie qui passe, de bruit qui va et de petites formules sorcières soufflées du bout des lèvres à mesure qu'on déchiffre comme on peut la partition, trouvant le ton en cours de route, débusquant la juste note au gré d'imperceptibles allers-retours entre une gravité toute enfantine, cet allant énigmatique qu'ont les hippocampes quand ils se prennent à rêver, l'extrême concentration de qui marche dans le noir et le débraillé génial des fanfares amateurs (à ceci près qu'ici quelqu'un s'est fait la malle avec les cuivres).

La démarche pourra évoquer celle de Josephine Foster du temps qui la voyait relire en braille les lieder de Schubert, Schumann et consorts pour en révéler les cousinages avec un certain folk psychédélique, parfois peut-être même, (en poussant un peu) celle du merveilleux Porsmouth Sinfonia de Gavin Bryars déglinguant dans l'euphorie les standards de la musique classique. Pourquoi pas?
Des ébouriffantes questions posées par Berio, des vertigineuses qualités plastiques de la Berberian, il reste ici comme un chapelet osseux de comptines bizarroïdes, et le tout sonne il est vrai davantage comme un disque tombé du camion ESP (Pearls Before Swine, Patti Waters, Erica Pomerance dans des versions très douces), un album de la divine Reiko Kudo (hymnes à mi-voix/ arrangements hirsutes), quelque pièce obscure qui verrait deux fausses jumelles sous hypnose contaminées par les hallucination de Ghédalia Tazartès.

Surtout , on se laissera toucher au coeur par la grâce de mélodies rincées à l'eau claire puis jetées vivantes sous l'aiguille de la machine à coudre par deux femmes au coeur turbulent, recueillies pourtant (qu'on ne s'y trompe pas, on a beau parler de leurs façons cancres, ici ça chante avec la ferveur qu'on met à sculpter le bois pour le totem, polir la pierre, fleurir la tombe du chat ou recopier pour l'apprendre une lettre d'amour qu'on a reçue) manipulant le magnéto comme une grenouille à disséquer, dansant avec le piano lourd comme s'il s'agissait d'un taureau furieux , fracturant l'harmonium comme si dans son ventre se cachait la promesse d'un trésor (ou d'une bombe à retardement). Unissons désynchronisée, hésitations chéries, petites erreurs à partir desquelles rebondir toujours plus loin dans l'inconnu, emprunts miniature au free jazz ou à la musique minimaliste, field recordings: Decazes et Dora font flèche de tout bois sec, de tout bois vert pour relancer le répertoire vers ce qui leur sied: quelque chose comme un pays de cocagne bricolé maison où toutes les langues (phonétiquement articulées) s'entremêlent à qui mieux mieux des fois qu'on pige de quoi sont fait les songes, des fois que quelque chose jaillisse qu'on ne soupçonnait pas.

Art pauvre, apologie anarchisante de la reprise individuelle, déclaration émue à une discipline aussi démocratique qu'atemporelle, invitation pour les spectres à venir partager la prière et le goûter, voilà un peu ce qui se trame dans le disque bref, intense, en guenilles mais cousu d'or d' Eloïse Decazes et Delphine Dora.

(Florian Caschera)

---------------

okrainarecords.bandcamp.com
okrainarecords.com

credits

released 31 July 2015

Éloïse Decazes
chant (A1-A2-A3-A4-A5 / B3-B4), harmonies vocales (A6 / B2), piano (B3)

Delphine Dora
piano (A1-A2-A4-A5-A6 / B1-B2-B4-B5), harmonium (A3), field recordings (A4-A5 / B2), chant (A6 / B1-B2-B5), harmonies vocales (A2-A4 / B3)

Mocke
guitare (A4-A5 / B1)

Enregistrement :
Éloïse Decazes, Delphine Dora
Valuejols (Auvergne – France), juillet 2013

Mix :
Éloïse Decazes, Mocke
Bruxelles, janvier 2014

Mastering
Harris Newman
Grey Market Mastering – Montréal, décembre 2014

Illustration
Gwénola Carrère
Bruxelles, janvier 2015

tags

license

all rights reserved

feeds

feeds for this album, this artist

about

Delphine Dora France

Born in 1980, Delphine Dora is a pianist, improviser, singer, and songwriter from France. She did many solo or collaboration recordings in the past and now, released on micro independent labels or available by free download. Drawing inspirations from various influences, her music is intimate, wild, weird and unclassifiable. ... more

contact / help

Contact Delphine Dora

Streaming and
Download help

Shipping and returns

Redeem code